Facebook Twitter
desksalary.com

Histoire Des Infopublicités

Posté le Août 7, 2021 par Ron Reginal

Tout a commencé dans les années 1980. Ronald Regan était président et l'une des nombreuses choses controversées qu'il a faites dans ce bureau a été de déréglementer le marché de la télévision. Pourquoi l'a-t'il fait? Eh bien, en tant que républicain conservateur, il a vécu et respiré du «principe du marché libre», qui a déclaré que les autorités n'appartenaient pas aux affaires, et les entreprises devraient vivre et mourir par le succès ou l'échec de leurs propres pratiques et forces du marché.

En même temps, la télévision par câble ne faisait que commencer son expansion pour le marché de la télévision américaine, qui a ouvert un énorme lieu de diffusion qui n'existait tout simplement pas à l'avance.

Quiconque ayant une expérience dans l'industrie de la diffusion commençait sa propre station et très bientôt les stations de câblodistribution étaient courantes. Les canaux les plus prospères à l'époque étaient des stations religieuses qui étaient essentiellement utilisées à des fins de collecte de fonds. Il y avait littéralement des centaines d'entre eux de peu de temps locaux, peu de temps et de ministres ayant des antécédents discutables, pour diffuser des émissions religieuses et spirituelles à l'échelle nationale, en utilisant des figures religieuses bien connues.

Pour le moment, deux choses se sont produites. D'une part, un certain nombre de jeunes stations et réseaux naissants qui comptaient sur les revenus publicitaires pour rester à flot attiré moins que des notes stellaires et commencer à passer. Et à la même époque exactement, les stations religieuses ont commencé à comprendre que leurs efforts de collecte de fonds échouaient misérablement dans la nuit et les petites heures du matin.

La distance de diffusion bon marché est née! Et les hommes d'affaires entreprenants, plus comme des vautours que des sauveurs, ont basculé et ont commencé à mâcher les carcasses mourantes de leur jeune entreprise de câblodistribution, achetant des blocs de publicités bon marché, tardive, hors pais Révélé en tant qu'applications de divertissement.

Très bientôt, il y a eu des superstars infopubliques. Des célébrités, en plus d'un casting d'inconnues, ont trouvé la gloire et la fortune dans l'industrie infopubliciaire nouvellement créée. Il y avait Jane Fonda qui a saisi l'éclair dans une bouteille avec ses cassettes d'exercice favorisant simultanément le cinéma avec l'infopublicité. Il y avait Ron Popeil, qui a promu tous les gadgets et appareils que les gens ne savaient même pas qu'ils avaient et ont fait le passage du contact imprimé à un e-mail si avec succès qu'il le fait encore maintenant. Et il y avait Kenny Kingston qui a laissé la hotline psychique dans l'une des plus grandes entreprises du monde sans même avoir quoi que ce soit à vendre! Ce n'est qu'en Amérique et dans les infopublicités que un succès aussi écrasant pourrait se produire si rapidement.

Bientôt, tout le monde avec une idée tentait de penser à la prochaine grande chose. Comme c'est toujours le cas pour toute nouvelle entreprise, après le premier succès, il y a une vague massive d'imitateurs et d'innovateurs qui cherchent à encaisser. Et comme toujours - le plus de négligence. Il y a eu un tel coup de fouet de Wannabes inondant à l'entreprise que les taux de production ont monté en flèche et le temps de diffusion est devenu de plus en plus coûteux et moins accessible. Presque du jour au lendemain, l'industrie infopubliciaire ne est passée de rien au transport convoité de milliards de dollars chaque année.

Et ce n'est qu'aux États-Unis. Les infopustants qui réussissent, tels que les films hollywoodiens, sont traduits en langues étrangères et joués dans le monde entier, en particulier lorsqu'ils sont axés sur les célébrités.

La nouvelle entreprise infopubliciaire était le précurseur du réseau de magasinage à domicile et du QVC qui sont essentiellement des mini-infopuralités 24 heures sur 24, axés sur les produits, axés sur les coûts et axés sur les célébrités. Et maintenant, nous avons le canal infopubliciaire - 24 heures par jour d'infopublicités. Il est révolu le temps de coquilles à bouche bruyantes, des vendeurs d'huile de serpent criant dans la caméra, colporant le dernier "It Slices! It Dices!" dispositif de rénovation domiciliaire. De nos jours, les infopublicités sont lisses, coûteuses et si elles fonctionnent, très rentables.